Lexique technique

Voici un petit lexique technique pour s’y retrouver dans tous les termes techniques employés dans l’assainissement.


Demandez un devis gratuit

A

  • Aérobie : action des bactéries dans un milieu nécessitant un apport d’oxygène. Les matières organiques sont transformées en carbone (dioxyde de carbone – CO2).
  • Alluvions : Dépôts de matériaux et résidus laissés par l’eau en se retirant.
  • Anaérobie : action des bactéries dans un milieu sans oxygène.
  • ANAH : Agence nationale d’amélioration de l’habitat.
  • ANC : assainissement non collectif.
  • Anoxie : diminution ou disparition de l’oxygène.

B

  • Bactéries fixées : principe de traitement d’assainissement en fixant les micro-organismes sur un support (disques, tubes).
  • Biofilm : culture de micro-organismes fixés sur un support.
  • Biomasse : milieu de développement des micro-organismes.
  • Boues : résidus solides accumulés par l’action de digestion des bactéries aérobiques et anaérobiques.
  • Boues activées : amas biologique (le floc) formé par le développement des micro-organismes en présence d’oxygène dissout.

C

  • Champ d’épandage : portion d’espace sur lequel est établi un dispositif d’infiltration des eaux traitées.
  • Clarification : action de séparation gravitaire entre les matières en suspension et le liquide qui les contient.
  • Cloaque : masse d’eau croupie dans une dépression naturelle.
  • Colmatage : obturation totale ou partielle des entrées d’eau du système filtrant, drainant ou épurateur, entrainant un dysfonctionnement.
  • Compostage : Entreposage de résidus organiques qui avec le temps et l’action de micro-organismes, vont se réduire à l’état d’engrais fertilisant.

D

  • DBO5 : Demande biologique en oxygène mesuré sur 5 jours. Elle représente en milligramme la quantité de matières organiques dégradables par l’oxygène.
  • Décantation : action de séparation gravitaire entre les dépôts lourds, légers et le liquide.
  • DCO : Demande chimique en oxygène. Elle représente en milligramme la quantité de matière chimiquement dégradable par l’oxygène.
  • Drain : aqueduc, conduit, tube, tuyau, canalisation, micro perforé, servant à l’infiltration d’un liquide.

E

  • Eaux grises : eaux usées domestiques ne provenant pas des toilettes.
  • Eaux ménagères : eaux usées domestiques qu’on appelle aussi eaux grises.
  • Eaux pluviales : eaux issues des toitures et des surfaces imperméables. Le raccordement des eaux pluviales sur le dispositif d’assainissement non collectif est interdit.
  • Eaux usées : eaux provenant des cuisines, buanderies, lavabos, salles de bain, toilettes.
  • Eaux-vannes (eaux noires) : eaux exclusivement issues des toilettes.
  • Effluents : ensemble des eaux et des résidus rejetés.
  • EH : équivalent habitant. Indice de calcul pour la mesure volumique d’une micro station d’épuration.
  • Enzyme : substance organique qui catalyse une réaction biochimique.
  • Epandage : système destiné à recevoir les eaux prétraitées de la fosse toutes eaux et permettant leurs répartition, leurs infiltration et leurs épuration dans le sol en place.
  • Eutrophisation : Enrichissement naturel d’une eau en matières nutritives provoquant une perturbation de l’équilibre biologique.
  • Excavation : creux dans le sol.
  • Exutoire : site naturel ou aménagé où les eaux traitées sont rejetées.

F

  • Film imperméable : film en polyéthylène basse densité, d’une épaisseur de 200 mm ou de résistance équivalente.
  • Floc : amas de matières en suspensions et de bactéries.
  • Fosse septique : réservoir d’aisances où les matières fécales sont décomposées par fermentation.
  • Fosse toutes eaux : réservoir destiné à recueillir les eaux grises et les eaux-vannes.
  • Fouille : creux dans le sol.

G

  • Géogrille : film à mailles perméable à l’air et à l’eau utilisé pour empêcher la propagation des racines des arbres, pour séparer des matériaux à différentes granulométries.
  • Géotextile : membrane ou feutre non tissé de protection imputrescible, perméable à l’air et à l’eau et résistant à la traction et à l’allongement.
  • Granulométrie : classement des matériaux en fonction de leur diamètre.
  • Gravier lavé : matériaux de roche sans particules fines et dont la granulométrie est comprise entre 10 et 40 mm.

H

  • Hydromorphie : aptitude d’un sol à la rétention d’eau en permanence ou périodiquement dans l’année.

I

  • Imputrescible : insensible à l’action des bactéries et des moisissures.

K

  • K (coefficient de perméabilité) : représente en millimètre par heure, la capacité d’infiltration des eaux dans le sol.

L

  • Lagunage micro-filtrant : bassins artificiels drainants constitués d’un substrat filtrant qui contient des plantes épuratoires, afin de traiter les eaux usées.
  • LEMA : loi sur l’eau et les milieux aquatiques votée en décembre 2006 pour mettre la France en conformité avec les directives européennes.

M

  • Macrophytes : végétaux se développant en milieu aquatique comme le nénuphar ou le roseau.
  • Massettes : plantes aquatiques à épi de la famille des Typhacées.
  • MES : matière en suspension. Ce sont les matières solides organiques ou minérales contenues dans les eaux rejetées.
  • Microphytes : végétaux microscopiques se développant en milieu aquatique.

N

  • Nappe phréatique : nappe d’eau souterraine peu profonde et susceptible d’alimenter les puits ou les sources.
  • NH4 : azote ammoniacal.
  • NO3 : nitrate provenant de l’oxydation de l’ammonium.
  • NTK : azote kjeldahl. Quantité d’azote ammoniacal et d’azote organique confondus.

P

  • PEHD : polyéthylène haute densité.
  • PER : polyester renforcé.
  • Percolation : imprégnation progressive du sol par l’eau.
  • Perméabilité : capacité du sol à infiltrer les eaux.
  • Phytoépuration : Epuration par les plantes.
  • Porosité : rapport volumique des vides d’un corps au volume total.
  • PT : quantité de phosphore total. Sa présence est surtout liée aux lessives rejetées dans les eaux grises.
  • Puits d’infiltration : dispositif qui consiste à creuser un puits naturel dans lequel vont se déverser les eaux clarifiées et qui va permettre leur infiltration dans le sol. Ce dispositif n’est possible qu’après autorisation du SPANC de la commune et d’une étude hydrogéologique du sol.

R

  • Regards : raccordement étanches et d’accès à l’intérieur des canalisations.
  • Regard de bouclage : installé en bout de tranchées. Il permet le raccordement des tuyaux d’épandage.
  • Regard de collecte : conçu de manière à évacuer les effluents épurés. Peut permettre la ventilation du système.
  • Regard de répartition : avec une entrée et plusieurs sorties, il permet de distribuer les effluents de façon proportionnelle.
  • Remblayage : action de combler un creux en apportant de la matière.

S

  • Sable de terrassement : silice brute suffisante pour réaliser le lit de pose des équipements et des canalisations.
  • Sable épurateur : silice lavée avec une granulométrie fixée par le standard XP DTU 64-1.
  • SBR : Sequencing Batch Reactor, appelé aussi, réacteur séquentiel discontinu. Procédé électronique intégré aux micros stations d’épuration qui permet que l’oxygénation et le prétraitement des eaux usées se fassent dans le même compartiment.
  • Scarifier : faire des incisions.
  • Scirpes : plantes aquatiques de la famille des cypéracées (jonc des tonneliers)
  • Sédiments : dépôts laissés par les eaux, le vent ou les glaciers.
  • SPANC : Service public d’assainissement non collectif.
  • Substratum : assise rocheuse dure sur laquelle repose une formation géologique d’alluvions ou de sédiments.

T

  • Tertre : élévation de terre isolée à sommet plat.
  • Test de percolation : permet d’établir la perméabilité des sols.
  • Toilettes sèches : lieux d’aisances n’utilisant pas d’eau pour évacuer les matières organiques.
  • Tout à l’égout : système de canalisations souterraine d’une ville ou d’une commune qui permet d’évacuer les eaux usées vers un centre de traitement.
  • Travail biochimique : action naturelle de digestion de la matière organique par les bactéries.
  • Tuyau d’épandage : tube d’un diamètre d’au moins 100 mm, rigide, résistant, avec des perforations minimales de 5 mm espacées de 10 à 30 cm.
  • Tuyau plein de raccordement : tube d’un diamètre minimum de 100 mm, rigide et résistant, utilisé pour la collecte, le transport et l’évacuation des eaux traitées.

Continuez votre lecture sur MicroStationEpuration.org