La micro station à bactéries fixées

Comme la micro station d’épuration à boues activées, la micro station à bactéries fixées utilise le travail de digestion des polluants par les micro-organismes contenus dans les eaux usées en activant l’oxygénation. La différence se trouve dans la manière d’activer cette oxygénation. Dans le premier cas, un compresseur envoie de l’air comprimé dans un compartiment qui sert de réacteur et c’est ainsi que toute l’eau polluée est oxygénée. Dans le cas de bactéries fixées, un support sert de média fixant aux micro-organismes qui, lorsqu’ils sont en contact avec les eaux usées, vont accélérer la dégradation des polluants.


Demandez un devis gratuit

Le principe du traitement biologique des déchets organiques

  • Le compartiment de prétraitement : dans ce premier bac, les matières lourdes, en suspension dans l’eau, qui entrent dans la fosse sont piégées au fond de la cuve tandis que les matières légères remontent en surface. C’est le prétraitement, une décantation primaire avant de diriger l’effluent vers le compartiment de traitement.
  • Le compartiment de traitement : en créant des périodes alternativement aérobie, où l’on apporte de l’oxygène, et des périodes d’anoxie, où l’on prive les bactéries d’oxygène, la dégradation des matières organiques va s’accélérer et le développement des bactéries, se multiplier. Ces bactéries vont successivement digérer les matières et réduire les nitrates et les nitrites.
    Suivant les fabricants, ces périodes peuvent se faire sur des disques, à travers des tubes.
  • Le compartiment de clarification : dans ce dernier compartiment, les dernières boues persistantes dans l’eau clarifiée se séparent. Dans les très bonnes stations, ces boues sont renvoyées dans le premier bassin de prétraitement pour y subir un nouveau cycle. L’eau traitée est quand à elle, dispersée dans le sol, par un système d’irrigation souterraine, ou rejetée en milieu naturel superficiel.

La micro station à disques rotatifs

L’invention du réacteur biologique rotatif remonte à 1900, mais il faudra attendre le début des années 70 pour voir apparaître les premiers dispositifs de traitement des eaux usées avec des disques rotatifs servant de média fixant aux micro-organismes. D’abord utilisés dans des stations d’épuration collective, cette technologie s’est emparée des micros stations individuelles.
Dans le premier compartiment, la chambre de déflection, des disques servent à ralentir la vitesse d’arrivée des effluents. Les solides lourds tombent au fond et sont traités par les bactéries anaérobies. Les solides plus légers commencent leur traitement sur les disques partiellement immergés.
Les effluents sont ensuite dirigés vers la seconde zone où des disques, eux aussi partiellement immergés, fixent les micro-organismes pour former une couche biologiquement active. Le brassage continu des disques va créer un milieu riche en oxygène, où les bactéries se multiplient à une cadence très élevée et, en se nourrissant des impuretés, les rendent inoffensives.
L’eau épurée est ensuite dirigée vers le bac de décantation où les dernières matières en suspension se déposent au fond, grâce aux conditions très calme de ce compartiment. Elles sont ensuite libérées vers le sol ou dans le milieu naturel.

Micro station à bio-disques
Micro station à bio-disques

Les autres systèmes à bactéries fixées

Pour les autres systèmes, le principe actif de dégradation des polluants reste le même, mais, au lieu d’utiliser un moteur pour faire tourner des disques qui fixent les bactéries, on met en œuvre une pompe qui fait passer les eaux usées pré-décantées dans le premier compartiment, au travers d’un filtre de purification biologique, souvent des tubes de polyéthylène traités de manière à fixer les bactéries qui forment alors un film biologique sur toute la surface extérieure et intérieure des tubes, multipliant ainsi les surfaces d’échanges entre les micro-organismes et les eaux polluées.

Un autre système de biofixants
Un autre système de biofixants

En conclusion

Quelque soit le système à bactéries fixées utilisé, la micro station travaille dans un univers étanche, sans odeur, avec un résultat de clarification maximum. Le nombre d’équivalent habitant (EH) déterminera la solution la plus adaptée.

Continuez votre lecture sur MicroStationEpuration.org