Le principe de l’assainissement individuel

L’assainissement individuel est la clé de l’hygiène collectif. Le traitement des eaux usées est une priorité que toutes les communes imposent aux accédants à la propriété ou aux propriétaires qui désirent faire des travaux. Un des dispositifs d’assainissement les plus commun aujourd’hui dans les grandes villes, est le raccordement au « tout à l’égout », un réseau souterrain d’évacuation des eaux usées, héritage des Romains, qui aboutit en général dans une station d’épuration communale. Mais, en dehors des villes, souvent le réseau de « tout à l’égout » est inexistant, du moins, il est limité aux hameaux ou aux lotissements, et l’assainissement devient alors une affaire individuelle. Le principe en est de traiter les eaux grises et les eaux-vannes, séparément ou ensemble. Une chose est sûre, il faut traiter ces eaux usées.


Demandez un devis gratuit


Le recyclage de l’eau est une nécessité

C’est quoi les eaux grises ?

On parle d’eaux grises lorsqu’il s’agit d’eaux peu chargées en matières polluantes comme les eaux d’origine domestique résultant du lavage de la vaisselle ou du linge, des bains ou des douches. Ce sont souvent des eaux savonneuses, à faible teneur en azote et qui, même sans aucun traitement, auront un impact environnemental pratiquement nul en cas d’infiltration direct dans le sol et ce, quelque soit la qualité des produits détersifs utilisés par le ménage (savons, lessives, produits vaisselle).
Les eaux grises produites dans une maison sont rarement froides, mais plutôt tièdes ou chaudes. Cette élévation de température assure le développement spontané rapide d’une flore bactérienne qui dégrade les graisses, les détergents et les savons. Si ces eaux sont déversées dans une fosse à deux compartiments dans lesquels le processus de dégradation va se faire, le trop-plein qui va s’infiltrer dans le sol n’aura presque plus d’impact sur le colmatage du milieu récepteur.
La seule opposition qu’on peut apporter à la dispersion des eaux grises dans le sol, c’est en zone inondable, lorsque la nappe phréatique est à fleur du sol, et sur un terrain composé de roches fissurées.

C’est quoi les eaux-vannes ?

Les eaux-vannes appartiennent à une catégorie de déchets faisant référence aux sous-produits de la digestion, tels que les matières fécales et l’urine. Elles peuvent être un danger pour la santé, car elles véhiculent des maladies d’origine virale et bactérienne. Contrairement aux eaux grises, les eaux-vannes ont un impact considérable sur l’environnement par l’azote qu’elles véhiculent, cet azote devenant nitrates après épuration. C’est pourquoi le législateur a imposé de les traiter, soit collectivement au niveau communal, soit individuellement.

Les différentes méthodes individuelles

Le traitement individuel des eaux usées est aujourd’hui copié sur le traitement collectif d’épuration :

  • Le traitement primaire : la décantation et l’oxygénation dans une fosse de traitement, ou à l’aide d’une micro station d’épuration.
  • Le traitement secondaire : le traitement biologique des composés organiques qui se fait naturellement par les bactéries présentent dans les effluents. Accéléré ou pas, comme dans la micro station d’épuration, c’est ce travail efficace des bactéries qui permet le traitement des rejets ménagers.

Pour installer son dispositif individuel d’assainissement, plusieurs possibilités existent :

  • Installer une fosse septique. Il est à souligner que depuis 2010, le législateur a interdit l’installation des fosses septiques comme instrument d’épuration.
  • Installer une fosse toutes eaux qui, comme son nom l’indique, collecte tous les effluents, eaux grises et eaux-vannes et aujourd’hui préconisée par le législateur.
  • Installer une micro station d’épuration, nouvelle technologie au service du particulier mais avec un coût supérieur à la fosse toutes eaux.

En conclusion

L’assainissement individuel en France n’est pas seulement une prise de conscience écologique, mais un devoir collectif sanitaire et salutaire encadré par le législateur. Il a un coût certes, mais des aides au financement sont prévues.

Continuez votre lecture sur MicroStationEpuration.org